Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Chatel

Fil des billets

dimanche 13 février 2011

Un ministre qui tire .....tous azimuts


fumee.jpg-« Révolutionner l’enseignement de l’anglais » :anglais pour les jeunes dès le plus jeunes âge
-20 minutes de calcul mental tous les jours au primaire
- les rythmes scolaires
- Mise en place d’un plan sciences
-conventions avec les entreprises
-coup de pouce donné à l’enseignement de l’arabe
-repenser le temps de travail des enseignants : « réfléchir plutôt en temps de présence qu'en temps de service »
-« établissements expérimentaux » où les enseignants seront choisis par les chefs d'établissements

Pourquoi tant d’annonces si ce n’est pour créer un écran de fumée pour que l’opinion ne « voie » pas les nombreuses suppressions de postes dans l’enseignement en conséquence de quoi on n'est pas toujours en mesure à l’heure actuelle de remplacer les enseignants absents ,suffisamment nombreuses pour que dans les établissements scolaires on fonctionne à flux tendu . On ferme des écoles, on supprime des options ….

Mieux encore , le ministre annonce puis fait marche arrière ensuite….lorsque l’exécution de l’annonce nécessiterait de mettre la main au portefeuille ! Des enseignants choisis par les chefs d’établissement dès la rentrée 2011 …., ouf !c’est remis en cause pas les parlementaires !

Lire la suite...

samedi 22 janvier 2011

Braderie à l’Education Nationale


braderie.jpg822 postes seront supprimés à l’Education Nationale en Lorraine .En Meurthe et Moselle , ce sont 90 postes qui seront supprimés dans les écoles , 53 dans les collèges. Au niveau national , 16000 suppressions de postes à la rentrée 2011 . Ces suppressions viennent s’ajouter à celles des années précédentes : 8.700 suppressions de postes en 2007, 11.200 en 2008, 13.500 en 2009, 16.000 en 2010 soit 65.400 postes supprimés dans l'Éducation nationale en cinq ans !
Il s’agit bien d’une réduction de postes sans précédent .L’école publique n’est-elle pas sacrifiée ?

J’annonçais dans un article de juin 2010 une rentrée 2010 difficile . Pour faire « passer la pillule » nos dirigeants ont alors mis en place la réforme des lycées , avec des dispositifs de soutien ,d’aide aux élèves en difficulté , avec un accompagnement individualisé , du tutorat . L’opinion , les parents d’élèves sont sensibles à ce genre de mesures et c’est tout à fait normal . Les Fédérations de parents d’élèves ont voté la réforme au CSE (Conseil Supérieur de l’Education) . Ne s’en mordent -ils pas les doigts aujourd’hui ! Après quelques mois de mise en place de ces dispositifs de soutien , combien d’élèves en sont-ils satisfaits ? D’un coté on fait donc semblant de s’occuper des élèves en difficulté , mais par ailleurs ont réduit de façon drastique les personnels de l’Education Nationale. Ne s’agit-il pas d’une politique en trompe-l’œil ? L’aspect humain passe au second plan, seules les économies financières importent ! Souvenons nous de ce document (qui aurait du rester confidentiel) de mai 2010, qui a été adressé aux Recteurs pour les inciter à mettre en place des mesures de façon à faire des économies dans les 3 années à venir (2010-2013). Citons quelques-unes de ces mesures :

Lire la suite...

samedi 19 juin 2010

Une rentrée scolaire 2010 qui sera certainement difficile !

ecoledanger.jpgL'année scolaire 2010-2011 verra la mise en place de la réforme des lycées en classe de seconde . Nos autorités , à coup de médias interposés, ont laissé croire à une amélioration du système, notamment dans le domaine du soutien scolaire : tuteurs , un meilleur suivi des élèves , stages de remise à niveau pour les élèves en difficulté pendant les vacances scolaires sans pour autant évaluer les élèves après ces stages .Voilà de quoi séduire les associations de parents d'élèves qui d'ailleurs n'ont pas manqué de tomber dans le piège en votant la réforme au conseil supérieur de l'éducation . Reconnaissons qu'un syndicat enseignant s'est associé à eux : le SGEN-CFDT (vote semble t-il non partagé par la base !). Le pavé est tombé depuis peu dans la mare avec la publication d'un document qui devait rester confidentiel , adressé aux recteurs pour la préparation de la rentrée 2010.

Ce document confirme bien ce que les personnels enseignants avaient pressenti de longue date : la réforme n'est qu'un prétexte pour faire des économies (plusieurs milliers de postes d'enseignants supprimés en quelques années) mais au ministère , on a enrobé tout ça à la sauce "assistance aux élèves en difficulté" de quoi séduire l'opinion. Un "petit" sondage par-dessus et du coup on fait croire à l'opinion qu'une majorité de Français est favorable à la réforme des lycées (notons que parmi les sondés , beaucoup ne savent pas de quoi il s'agit !).

Enfin voilà , il est question d'augmenter les effectifs des classes , de supprimer encore des postes d'enseignants. Quelques mots sur cette réforme avec laquelle l'enseignement scientifique est massacré (réduction importante des horaires) , on saupoudre avec un enseignement MPS , vous savez , ce genre d'enseignement qui ressemble à des TPE (travaux personnels encadrés) au cours duquel nos élèves vont "faire" de l'interdisciplinarité (Maths-physique-svt) . Peut-être, cher lecteur, avez-vous entendu parler de ces TPE que certains élèves achètent sur Internet à d'autres élèves qui ont déjà fait tel ou tel TPE l'année précédente ou avant . Ce genre de document a même un prix qui peut être fonction de la note qui a été attribuée....Le procédé est encore plus rapide que le copier-coller ! Alors à quoi s'attendre avec cette nouveauté baptisée MPS ?

Des économies, disais-je : voilà la cerise sur le gâteau ! la mastérisation ! Pour enseigner , il faudra dorénavant étudier pendant une année supplémentaire, ce qui n'est pas forcément négatif ....mais attention: les nouveaux enseignants vont être jetés dans l'arène avec un horaire de 18 heures hebdomadaires sans formation pratique préalable. Ils auront un tuteur (pas très bien payé) pour les guider avec un détail...y aura t-il suffisamment d'enseignants expérimentés qui accepteront pour une bouchée de pain de voler au secours de ces nouveaux enseignants? Je n'insiste pas trop sur les zones difficiles (il y en a !) : comment faire pour gérer une classe difficile sans avoir été formé aux réalités du terrain ?
Un peu de bon sens permet de facilement comprendre qu'un cours , ça se prépare avant de l'enseigner .Les néo-enseignants devront-ils réduire leurs heures de sommeil pour pallier cette lourde charge pour un néophyte de devoir enseigner pendant 18 heures hebdomadaires?

Enfin, qu'en est-il de la prétendue égalité des chances que les différents gouvernements qui se sont succédés ont toujours affirmé vouloir défendre ?C'est l'effet inverse qui se produit depuis des années ! Comment se fait-il que les cours privés fleurissent depuis quelques années ? Certains penseront que l'école publique est à réformer de fond en comble. Réforme , réforme ....chaque ministre veut faire sa réforme : Claude Allègre , Gilles de Robien, Xavier Darcos (tiens, qu'est devenu ce fidèle poulain de Nicolas Sarkozy ?) , Luc Chatel ! Mais quelle réforme ? c'est trop souvent "n'importe quoi". La situation est grave , car à présent, cette école , qui a fait l'honneur de notre pays , est massacrée ! J'attends avec impatience que les partis politiques , Mouvement Démocrate , Parti socialiste.......s'associent à ce cri d'alarme.

On pourra lire l'article du journal "La Croix" sur la "future" formation des enseignants !

samedi 13 mars 2010

Education Nationale : une gestion uniquement comptable !


ecole2.jpgLes enseignants des collèges et lycées étaient en grève vendredi 12 mars. Certains penseront certainement que le corps enseignant est allergique à toute réforme dans l'Education Nationale. Notre école n'est-elle pas malade , ne faut-il pas la soigner ?

Un plâtre sur une jambe de bois comme cela a souvent été le cas par le passé : il est évident que cela ne peut convenir à personne , ni aux élèves , ni aux parents ,ni aux enseignants . Mais cette fois ,avec la réforme Chatel il ne s'agit pas de remède , mais d'un sabordage de l'Education Nationale . A coups de mensonges , de matraquage médiatique les instances du ministère de l'Education Nationale veulent faire croire à l'opinion qu'il s'agit de la réforme dont nous avons besoin . L'astuce : une meilleure orientation des élèves , davantage de prise en compte des difficultés des élèves........des mots , toujours des mots !

Dans les faits , des suppressions de postes (16000 postes à l'éducation nationale encore pour la rentrée 2010), une réduction drastique des personnels d'encadrement . Va t-on ainsi parvenir à réduire l'insécurité dans les établissements secondaires ? Le ministre propose de réunir des états généraux pour faire face à l'insécurité......des mots , toujours des mots !

Lire la suite...

vendredi 22 janvier 2010

Une exploitation malsaine des sondages


Le ministère de l'Education Nationale a chargé dernièrement le CSA d'un sondage à propos de la réforme des lycées , réforme qui prendrait effet à la rentrée scolaire 2010 en classe de seconde. Quel peut être l'intérêt d'un tel sondage ? De celui-ci , la presse a essentiellement retenu un chiffre : 76 % des Français sont favorables à la réforme des lycées.

Je ne retiendrai quelques questions posées au cours de ce sondage :

1-QUESTION – Aujourd’hui, une réforme du lycée est à l’étude. En avez-vous entendu parler ?

60 % des sondés ( 1007 personnes) répondent "oui" et 40 % répondent "non". Le sondage permet d'affiner la question , car on apprend que sur ces 60 % , près de la moitié (44%) ne savent pas de quoi il s'agit !

2-QUESTION – Pour chacune des mesures suivantes contenues dans la réforme du lycée, diriez-vous que c’est une très bonne chose, une assez bonne chose, une assez mauvaise chose ou une très mauvaise chose ?

Les "mesures suivantes" qui font l'objet de la question sont :
-la remise à niveau pendant l'année scolaire
-l'accompagnement personnalisé
-mise en place d'un tutorat pour l'orientation
-groupes de compétences en langues dont la taille serait adaptée au niveau des élèves
-certains enseignements communs à toutes les classes quelle que soit la série (ES,L,S)
-Rendre obligatoire un enseignement d’économie pour tous les élèves de seconde
-questions relatives à l'enseignement de l'histoire-géographie
Plus de 80 % des français adhèrent à certaines mesures : remise à niveau, accompagnement , tutorat .Comment pourrait-il en être autrement ? Quels parents ne souhaiteraient pas que leurs enfants soient bien orientés , aidés si besoin est ?........
Je précise que l'on ne sait pas encore comment seront appliquées certaines de ces mesures . De plus ,quel intérêt à poser ce genre de question à des personnes qui ne savent pas de quoi il s'agit ?

3-QUESTION – Au final, diriez-vous que vous êtes tout à fait favorable, plutôt favorable, plutôt opposé ou tout à fait opposé à cette réforme du lycée ? 76 % des Français y sont favorables (chiffre habituellement retenu par les médias) , 20 % y sont opposés et 4% ne se prononcent pas .

Quel est l'intérêt d'un tel sondage ? aucun . Le SNALC (Syndicat National des Lycées et Collèges) qualifie ce sondage "d'entourloupe" .Il s'agit bien ici d'une manipulation de l'opinion : elle n'est pas à l'honneur de ceux qui nous gouvernent et qui ont commandé le sondage .

dimanche 29 novembre 2009

Réforme Chatel : la poudre aux yeux !!

Le ministre a fait connaître récemment une partie de sa réforme (Téléchargement sur le site du ministère en cliquant ici) . Comme d'habitude , un vocabulaire très communicatif , des "slogans" qui ne peuvent qu'emporter l'adhésion de tous :

1-l'orientation scolaire :

  • Une orientation plus progressive
  • Une orientation plus ouverte
  • Une orientation plus juste

Qui peut être défavorable à de telles perspectives ? personne !

2-L'accompagnement , ou l'aide individualisée :

  • Un accompagnement personnalisé
  • Plus d'initiatives et de responsabilités

Qui peut y être opposé ? personne

3-Langues étrangères, culture

  • Un lycée qui favorise l'apprentissage des langues étrangères
  • Un lycée qui favorise l'accès à la culture
  • Un lycée qui favorise la responsabilisation des lycéens

Très bien . Comment y être défavorable ?

Des mots , des mots ........la chanson est bien connue ! Mais globalement , la réforme se traduit par une réduction des horaires des disciplines , même de langues, alors qu'au ministère on annonce une revalorisation de l'enseignement des langues.

La réforme prendra effet en classe de seconde dès la rentrée 2010 . Les deux grandes nouveautés

-un accompagnement personnalisé à raison de deux heures hebdomadaires

-un enseignement d'exploration , une heure trente par semaine

Que penser de l'accompagnement personnalisé ? une sorte de fourre-tout , dans lequel on mettra de l'aide individualisée , du tutorat et de l'aide à l'orientation . Dans quelles conditions sera t-il pratiqué ? Cela reste vague pour le moment.

Notons que la réduction des horaires par discipline nécessite une redéfinition des programmes . Ceux-ci seront-ils clairement énoncés pour la classe de seconde à la rentrée 2010 ?

Il n'est pas précisé , dans le texte de la réforme , que 16000 postes devraient être supprimés à l'Education Nationale à la rentrée prochaine . Sur le terrain, qu'est-ce que cela signifie dans la mesure où l'effectif d'élèves sera pratiquement le même à la rentrée 2010 qu' à la rentrée 2009 ? La réponse est évidente : les effectifs des classes ne peuvent qu'augmenter (35 à 38 élèves par classe ?) A part cela , au ministère , on feint de se soucier de la réussite des élèves , des plus faibles notamment (on va tout faire pour les aider !).

Chaque fois qu'une réforme est avancée , on retrouve le refrain "une école plus juste , une école plus égalitaire ...." . Qu'en est-il exactement au travers de toutes les réformes qui ont été engagées ? Dans les faits , nous avons une école qui devient de plus en plus inégalitaire...

Franchement , soyons sérieux , faut-il croire à tous ces voeux , ces volontés affichés par notre ministre ? On dira , que les enseignants sont systématiquement opposés à toute réforme ! Comment ne pas l'être quand, en haut lieu , le souci majeur de nos gouvernants est de faire des économies budgétaires. Monsieur Chatel : nous ne sommes pas dupes !