Daniel 54

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mercredi 27 juin 2012

Spiritualité et politique : Aung San Suu Kvi en Europe



birman.jpgAung San Suu Kyi est arrivée en France le mardi 26 juin . Cette visite française est la dernière étape de sa tournée européenne . Elle s'est notamment rendue à Oslo, en Suède, pour y recevoir le prix Nobel de la paix qu'on lui avait décerné vingt et un ans plus tôt. Elle s'est également rendue en Suisse , en Norvège et en Angleterre .Elle regagnera la Birmanie Vendredi matin. Reçue à l'Elysée par le président de la République avec les honneurs dignes d'un chef d'Etat , dans une conférence de presse , elle nous dit ce qu'elle pense du spirituel en politique . Sa définition de la démocratie :"un équilibre entre la sécurité et la liberté …. sur la base de la compassion" .

Sans doute , nos responsables politiques devraient-ils en prendre de la graine. Trop de politiciens , même dans notre pays dit démocratique n'ont-ils pas tendance à faire passer leurs intérêts personnels (financiers ,honneurs….) avant l'intérêt collectif ? Les idées les plus nobles ne sont-elles pas trop souvent reléguées au second plan ?
Dans ses conversations avec Alan Clements (La Voix du défi, Stock, 1996), Aung San Suu rend ainsi hommage à Vaclav Havel et aux dissidents tchèques : « Ils préféraient être plombiers, employés à l'entretien des routes, balayeurs, maçons, plutôt que de compromettre leur intégrité intellectuelle en rejoignant l'Université ou le gouvernement. Ils ont placé l'intégrité intellectuelle bien au-dessus du confort matériel. Cela m'a énormément inspirée, et je pense que c'est un merveilleux exemple de ce que l'on peut accomplir quand on essaie de conserver son intégrité spirituelle et intellectuelle. »



Le site de soutien à Aung San Suu Kyi

Dimanche 8 avril 2012

Le 22 avril il faudra voter F BAYROU

La campagne électorale devient lassante ! L’Hérétique s’ennuie . Les médias ont il me semble largement contribué à enfoncer les Français dans le bouillon de culture du bipartisme . Sarkozy-Hollande , Hollande-Sarkozy , on aurait tendance à penser qu’il n’y a que deux candidats . Ces deux-là se renvoient la balle éludant les vraies questions que se posent les Français : emploi , dette , précarité….
Qui éliront-ils président de la République le 6 mai prochain ?
Seront-ils tentés de s’abstenir de voter , partant du principe que les jeux sont faits et que de toute façon ce sera chou-vert et vert-chou ?

 

Certains ou certaines se souviennent certainement de la « révolution » de 1968 .Charles de Gaulle  , le 24 mai 1968, annonçe à la télévision sa décision de procéder à un référendum sur la participation.  Dans ce discours, il en appelle au sursaut de la nation . Le discours présidentiel ne convainc pas : la contestation se poursuit, menée par les étudiants et les syndicats. A propos des Français, le Général de Gaulle dira alors, plein d'amertume : "un peuple de veaux, de veaux qui se couchent".
Le 22 avril , ces Français se comporteront-ils comme des veaux , ramenant ainsi l’élection présidentielle à une banalité et votant plus en fonction de leur humeur , de leurs impressions ,que d’une réflexion saine et avisée ?
La question a été posée récemment à François Bayrou : les Français sont-ils des veaux ? Il répond : « Sûrement pas ! Je suis un démocrate qui croit à la démocratie. Si les "élites", comme on dit avec les guillemets d'usage, font leur travail, les peuples sont au rendez-vous. Mais il arrive que les élites trahissent leur devoir ».

 

Dans « La Semaine » , Pierre Taribo , directeur de la rédaction, à propos de cette campagne électorale , titre dans un article « l’imposture morale » :on ne vote jamais ou très rarement sur un programme ,plutôt sur une pensée, une personnalité et trop souvent une illusion . On écoute les candidats en lice, on s’aperçoit qu’à l’exception de François Bayrou inlassable prêcheur perdu dans le désert des sondages, ils esquivent les vrais problèmes. Il n’est pourtant pas besoin de lever la tête pour s’apercevoir que l’horizon est bouché et surtout comme le titre « The Economist » que la France se complaît dans le déni. Le plus grave, c’est que cette fuite devant la crise, les déficits et plus simplement la réalité produit ce qui ressemble à une imposture morale, une démission des responsabilités .
Deux semaines nous séparent du premier tour .D’ici là , peut-on espérer une prise de conscience des Français sur les conséquences de leur abstention ou de leur vote ? L’élection présidentielle est pour notre pays une élection capitale . Va t-on continuer avec cet éternel échange de balles gauche/droite alors que François Bayrou nous propose une politique nouvelle :
- il faut en finir avec les affaires de ce quinquennat qui s’achève et pour cela François Bayrou propose un référendum le  10  juin prochain s’il est élu . Il faut redonner à la politique ses lettres de noblesse.
- notre système éducatif est laissé à l’abandon , malmené . Sous couvert d’augmentation du salaire des enseignants , Nicolas Sarkozy veut augmenter le temps de présence des professeurs devant les élèves (son discours traduit une méconnaissance totale du métier) , ignorant volontairement qu’un cours ça se prépare , les copies il faut les corriger……François Bayrou a quant à lui  une vision réaliste de la situation de l’école.
-une justice et des médias indépendants
-une France solidaire………………

 

Le programme de François Bayrou est ici (100 propositions) . Plus brièvement 10 propositions ici .
Jean Peyrelevade , récemment de passage à Nancy,  ancien conseiller économique du Premier ministre Pierre Mauroy, économiste et administrateur de plusieurs sociétés françaises et européennes de premier plan, qui fait partie de l'équipe de campagne de François Bayrou pour l'élection présidentielle , le dit clairement : «  seul à ce jour, François Bayrou est capable de donner à la France une vision d’avenir ».Dans un article paru le 22 fevrier 2012 dans les pages Debats et Opinions du Figaro , il écrit : « François Hollande n’est pas crédible »
Quant à Nicolas Sarkozy , que penser de son programme , que penser de ses  promesses après un quinquennat dont le bilan est plus que contestable malgré la crise . Que penser de ce programme aménagé en fonction des promesses du candidat et dont François Bayrou nous dit que le compte n’y est pas ?
Faudra t-il alors voter pour le brillant orateur Jean Luc Mélenchon , qui certes peut faire rêver en appelant à la révolution ? …….je ne veux pas énumérer tous les candidats……le plus crédible , à mon sens c’est celui qui dit la vérité , dont l’intégrité est incontestable , qui déjà en 2007 nous parlait de la dette , qui refuse les compromissions , qui en appelle de tous ses vœux à une moralisation de la vie politique française.
* « François Bayrou est le seul candidat à parler un langage de vérité, et même si je ne partage pas toutes ses idées, je suis frappé par la dignité de sa candidature. Au soir des éléctions présidentielles, le mouvement qui s'est formé derrière lui ne doit pas s'arrêter, il doit se renforcer, être présent dans tous les combats politiques, et proposer aux Français de mettre fin au chômage de masse, en recherchant des solutions, dans l'effort, la solidarité et la justice »
* « le seul vote utile c'est le vote pour François BAYROU »
* « La France est un pays fatigué et désabusé qui à force de mensonges politiques et de manipulations médiatiques a perdu toute crédibilité aux yeux des Français...F.BAYROU est le seul qui présente des chiffres basés sur la réalité et je lui apporterai une nouvelle fois mon vote car je crois plus en lui qu'au soit disant vote utile qui nous oblige à choisir entre la peste et le choléra ».
Ces quelques commentaires ont été écrits sur le site http://www.bayrou.fr/.

 

Les sondages sont à considérer avec beaucoup de précaution , mais celui-ci confirme bien que François Bayrou est très bien perçu dans l’opinion . Espérons que cette perception se concrétisera dans les urnes le 22 avril et le 6 mai prochains.

Samedi 3 décembre 2011

Réflexions d'un professeur soucieux de la réussite de ses élèves


Des enseignants de moins en moins nombreux à se présenter aux concours , un recrutement de plus en plus difficile , des classes sans professeur , un recrutement par le biais de Pôle Emploi, des jeunes professeurs malmenés à qui on impose un rythme d’enfer…..bref , des enseignants ayant à faire face à des situations de plus en plus difficiles . Des présidentielles qui approchent et des candidats qu’ils soient de gauche ou de droite promettent une redéfinition du temps de service des enseignants………

Je vous livre la réflexion d’un collègue au cours d’un conseil de classe de seconde . Elle traduit bien cette situation à laquelle ont à faire face bon nombre d’enseignants :

Bien sûr, je vais évoquer dans quelques instants le bilan comptable de cette classe de seconde. Mais avant tout, il est bon de parler de pénibilité du travail, un concept qui prend tout son sens, toute sa dimension dans cette classe. Car cette classe est bel et bien une classe pénible de laquelle on sort totalement épuisé physiquement et nerveusement.

Il faut effectivement faire, à chaque fois, la police pendant 50mn car les élèves discutent à voix haute, s’interpellent pendant l’heure et même s’insultent entre eux quand ils n’insultent pas l’enseignant. On doit sans cesse vérifier que le cours, les corrections d’exercice sont recopiés ! Ils ne vous laissent aucun répit. Tout commence d’ailleurs dès l’appel, où je suis obligé de demander jusqu’à trois fois le silence à chaque fois que je cite le nom d’un élève. Impensable !

C’est la première fois que je suis confronté à une telle situation. Certes, je vieillis mais à ce rythme là je demande à Monsieur le Proviseur de me réserver rapidement une place à la Verrière, haut lieu de la MGEN. Et pourtant ce n’est pas faute d’avoir essayé de discuter avec les élèves. En vain ! Les rappels à l’ordre, les punitions, et les heures de retenue ne suffisent pas. Il faut toujours remettre l’ouvrage sur le métier, toujours repartir de zéro face à un groupe, composé d’une bonne douzaine d’élèves vicieux, adeptes de la mauvaise foi et voulant forcément avoir le dessus sur l’enseignant.
Leur toupet, leur manque de politesse et de respect ne s’arrêtent pas là. Les retards pour des raisons futiles et les absences sont légions sans oublier que certains se permettent même de s’allonger sur les tables pour dormir.
Certes, une séquence a lieu le samedi matin de 8h à 9h. Ceci explique peut-être cela ! Je n’oublie pas le courage qu’ont les AED (assistants d’éducation) pour venir rappeler, à quasiment chaque séquence, à une bonne dizaine d’élèves qu’ils doivent aller régulariser leurs retards ou leurs absences. Mais ceux-ci sont aussi pris à partie : on leur demande des explications, de justifier les convocations….
Pour ces élèves difficiles ,tout est bon pour se faire remarquer ! Alors aujourd’hui, je suis forcément triste. Triste de devoir enseigner dans une telle situation, triste de devoir rentrer dans la classe à reculons, triste de ne pouvoir effectuer que quelques minutes de cours dans une séquence simplement pour empêcher les débordements de tous ordres. Mais surtout triste et révolté pour la moitié des élèves qui aimeraient apprendre, enrichir leurs connaissances et progresser mais qui doivent se taire, accepter et subir en silence la loi et le désordre que veulent imposer certains de leurs camarades. Mais sont-ils vraiment des camarades ? Eux qui n’ont ni la maturité suffisante ni la volonté de respecter au moins des adolescents de leur génération !

Si l’égalité des chances de l’école républicaine, à laquelle nous sommes tous attachés, doit permettre à tous les élèves de bénéficier des mêmes conditions d’apprentissage, ce principe est malheureusement bafoué dans cette classe. Les quelques élèves volontaires subissent continuellement les forfaitures récurrentes de leurs camarades. Peut-on accepter cela plus longtemps ? La classe n’est ni une crèche ni un jardin d’enfants ! Il me paraît plus qu’urgent, après trois mois de tentatives infructueuses, de sévir avec courage et détermination afin d’éviter de sacrifier ceux qui ont compris le sens de l’école et de son utilité. Evidemment, après ce tableau malheureusement noir, parler des résultats scolaires semble presque futile. La moyenne de la classe est de 9.2 avec des notes s’étalant de 3 à 15. 21 élèves soit 60% n’ont pas la moyenne et 13 ont même mois que 8 ! Le travail personnel doit être une expression bannie de leur vocabulaire. Seulement 6 élèves (soit 17%) ont plus de douze de moyenne et seulement trois plus de quatorze. Finalement, dans tous les domaines, ils battent des records ! P.K.'

J’évoquais plus haut les prochaines élections présidentielles . Ces candidats veulent pour la plupart réformer l’école . Sont-ils vraiment conscients de ce malaise profond ressenti par bon nombre d’enseignants , de plus en plus nombreux ? Un candidat , à ma connaissance, semble avoir pris la mesure de la situation . Ecoutons le brièvement :

Jeudi 1 septembre 2011

Les pédagogistes sauveront-ils l'école ?

Les pédagogistes , qui sont-ils ?

pedagogistes.jpgQui sont-ils, ceux que l’on nomme « les pédagogistes » ? Une chose est certaine , ils font la loi à l’Education Nationale depuis plus de 20 ans . Les « Sciences de l’Education » leur servent de socle pour avancer leurs théories « fumeuses » . A vrai dire , cette science n’a de scientifique que le nom . Elle a abreuvé les IUFM (Instituts Universitaires de Formation des Maîtres) . Merci à ces IUFM , maintenant supprimés (ouf !) qui ont permis souvent aux enseignants formateurs de gravir plus rapidement les échelons que les autres . Il reste cependant qu’ils ont réussi à formater ces jeunes professeurs avant qu’ils soient jetés dans la cage aux lions !
La « méthode de lecture globale » , dont trop d’enfants ont eu du mal à se remettre, « La main à la pâte » développée dans le primaire pour faire redécouvrir à ces jeunes élèves ce que d’éminents scientifiques ont mis des années à découvrir eux-mêmes (l’élève doit lui-même construire son propre savoir) , la « pédagogie du jeu » pour ces élèves qui ne se sentent pas très bien à l’école et qu’on espère ainsi « récupérer ».......... voilà quelques exemples dont se gargarisent ceux qu’on appelle « les pédagogistes »

Ce qui distingue les pédagogistes des républicains

Ces pédagogistes se distinguent de ceux qu’on appelle « les républicains ». Brièvement les pédagogistes diront d’eux, des républicains, que ce sont des nostalgiques de la vieille école , autrement dit , en caricaturant un peu , qu’ils vivent en dehors du temps présent, qu’ils en sont encore à une époque où la majorité des élèves n’allait pas au-delà du certificat d’études. C’est de toute évidence une caricature qui permet aux pédagogistes de se faire passer pour « les meilleurs » , eux les bien-pensants, les sauveurs de l’école de demain ! Dans son livre « le pacte immoral » , Sophie Coignard , a manifestement bien compris où le bât blesse.

Essayons , en quelques lignes , donc en faisant simple (voire un peu simpliste) de dire ce qui les distingue sur le terrain :

Lire la suite...

Dimanche 21 août 2011

Ah ces profs !… F Bayrou s’en mêle .


UrgenceIls n’ont pas nécessairement bonne presse dans l’opinion publique et l’un de mes collègues , professeur d’anglais , me disant souvent : « quand on me demande ce que je fais professionnellement , j’évite en général de dire que je suis professeur ».
Comment peut-on « aimer » ces gens qui ne travaillent pas beaucoup (ils ont trop de vacances , ils n’enseignent que 15 ou 18 heures par semaine en collège ou en lycée , selon leur grade : agrégé ou certifié) , qui ne sont jamais contents , qui refusent les réformes (car ils n’aiment pas le changement, dit-on ) .Voilà , dits rapidement, quelques griefs formulés à l’encontre du corps enseignant .
Notre président de la République Nicolas Sarkozy (Canard Enchaîné du 29 juin 2011) ne disait-il pas « les professeurs du secondaire et du supérieur, notamment les agrégés , ne travaillent pas assez . Il faut proposer une réforme pour qu’ils travaillent plus » ? Ces propos ne traduisent-ils pas une méconnaissance profonde du travail de l’enseignant ?
C’est un fait que bon nombre de nos concitoyens , s’ils ne sont pas eux-mêmes professeurs , ou s’ils n’ont pas quelqu’un qui l’est dans leur famille , partagent ce point de vue .
Une blogueuse (pseudo :ulrika) écrit sur un forum : « Je ne suis pas prof mais ma soeur oui, et je peux vous dire qu’en dehors des vacances qui peuvent paraître longues, ce métier demande beaucoup, beaucoup de travail.. Comme tu le précises, d’abord les concours, puis les réunions de profs, de parents d’élèves, la préparation des cours, les corrections de copies, la patience face à certains élèves difficiles… NON, ce ne sont pas des fainéants, le nombre d’heures de cours ne tient pas compte de toutes les autres heures passées….
Cette blogueuse sait notamment une chose : des cours que l’on va enseigner , ça se prépare , ça se travaille , ça se réfléchit…. Alors , le temps de travail d’un enseignant va bien au-delà de 15 ou 18 heures hebdomadaires !
Quant aux réformes lancées par nos différents ministres (soucieux certainement de laisser leur nom dans les annales de l’Education Nationale) , il suffit de penser par exemple à la réforme des lycées mise en place en 2010 par Luc Chatel (on comprend aujourd’hui que l’objectif majeur était de réaliser des économies financières), pour se rendre compte que ces réformes ne sont pas à l’avantage de notre système éducatif , un système qui ne répond plus à sa vocation première .
L’article publié sur Médiapart (cliquer ici) nous dit quelques vérités ….

« 2012 Etat d’urgence » , c’est le titre du livre que vient de publier François Bayrou . Il y écrit : « Jamais depuis cent ans au moins l’école - ceux qui la font, ceux qui y sont- ne s’est sentie à ce point incomprise et rejetée . Méprisée . Prise pour cible . Villipendée…..le démoralisation de tout un corps , de tout un ensemble....les profs, au boulot! Et personne pour les défendre. Personne pour expliquer qu'une heure de cours, ce sont des heures de préparation, de corrections, de lectures, de butinage intellectuel..... » . Ces quelques lignes à elles seules montrent déjà que François Bayrou est conscient de la situation . Il en dit davantage dans son livre que j’encourage à lire .
Ses deux priorités : Production et Education .

Lundi 11 avril 2011

Le Centre ….. F Bayrou ….. JL Borloo … ?


bayrou_borloo.jpgJean Louis Borloo a annoncé sur France 2 , le jeudi 7 avril , à l’émission « A vous de juger » qu’il quittait l’UMP .
Un récent sondage ifop en fait le meilleur représentant du Centre , à 1 point devant François Bayrou.
Je m’interroge sur ce qu’aurait fait Jean Louis Borloo si Nicolas Sarkozy l’avait pris comme premier ministre ? Rappelons brièvement le parcours de Jean Louis Borloo de ces dernières années (2002 à aujourd’hui) :

Gouvernements Raffarin
-7 mai 2002 - 17 juin 2002 : ministre délégué à la Ville et à la Rénovation urbaine.
-17 juin 2002 - 30 mars 2004 : ministre délégué à la Ville et à la Rénovation urbaine (Raffarin II).
-31 mars 2004 - 31 mai 2005 : ministre de l'Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale .

Gouvernement Villepin
2 juin 2005 - 15 mai 2007 : ministre de l'Emploi,de la Cohésion sociale et du Logement.

Gouvernements Fillon
-18 mai 2007 - 19 juin 2007 : ministre de l'Économie, des Finances et de l'Emploi
-19 juin 2007 - 18 mars 2008 : ministre d'État, ministre de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement durables
-18 mars 2008 - 23 juin 2009 : ministre d'État, ministre de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire
-23 juin 2009 - 13 novembre 2010 : ministre d'État, ministre de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat.

Lire la suite...

Lundi 4 avril 2011

Que peut-on attendre de l'Ecole ?


mammouth.jpgLa question pourrait être formulée autrement : « Qu’est-on en droit d’attendre de l’Ecole ? » L’Ecole est de longue date , que ce soit par nos dirigeants politiques de droite ou de gauche, considérée comme étant l’une (pour ne pas écrire « la ») des priorités nationales : notre jeunesse doit être formée , le mieux possible , pour affronter le monde de demain. Il n’y a pas de distinction entre riches et pauvres , mieux , l’Ecole doit servir d’ascenseur social . « Ascenseur social » : l’école ne remplit plus aujourd’hui en général cette fonction , autrement dit l’Ecole faillit à l’une de ses premières missions. Pourquoi ? Je n’ai pas de réponse toute faite à cette question , mais je voudrais essayer d’y répondre en fonction de ce que je vois , je sais et vis à l’Education Nationale comme professeur.

On reproche souvent aux syndicats enseignants de faire obstacle à toute réforme lancée par tel ou tel ministre . Curieusement , chaque ministre de l’Education Nationale entend laisser trace de son passage au ministère , fût-il même court, en lançant une réforme . Proche de nous , il s’agit actuellement de la réforme des lycées engagée par Xavier Darcos (qui semble avoir totalement disparu du paysage politique actuel) mais mise en place par Luc Chatel. Que l’on ait tendance à mettre tous les syndicats dans le « même sac », cela peut certainement se comprendre quand on est complètement étranger , fût-on parent d’élève, n’a rien de surprenant . C’est notamment ce que fait SOS Education qui a manifestement pignon sur rue. A part cet amalgame , à SOS Education , on a bien conscience de la situation très difficile dans laquelle se trouve l’Education Nationale actuellement .

Lire la suite...

Dimanche 13 février 2011

Un ministre qui tire .....tous azimuts


fumee.jpg-« Révolutionner l’enseignement de l’anglais » :anglais pour les jeunes dès le plus jeunes âge
-20 minutes de calcul mental tous les jours au primaire
- les rythmes scolaires
- Mise en place d’un plan sciences
-conventions avec les entreprises
-coup de pouce donné à l’enseignement de l’arabe
-repenser le temps de travail des enseignants : « réfléchir plutôt en temps de présence qu'en temps de service »
-« établissements expérimentaux » où les enseignants seront choisis par les chefs d'établissements

Pourquoi tant d’annonces si ce n’est pour créer un écran de fumée pour que l’opinion ne « voie » pas les nombreuses suppressions de postes dans l’enseignement en conséquence de quoi on n'est pas toujours en mesure à l’heure actuelle de remplacer les enseignants absents ,suffisamment nombreuses pour que dans les établissements scolaires on fonctionne à flux tendu . On ferme des écoles, on supprime des options ….

Mieux encore , le ministre annonce puis fait marche arrière ensuite….lorsque l’exécution de l’annonce nécessiterait de mettre la main au portefeuille ! Des enseignants choisis par les chefs d’établissement dès la rentrée 2011 …., ouf !c’est remis en cause pas les parlementaires !

Lire la suite...

Jeudi 10 février 2011

Les enseignants manifestent


manif_fev.jpgCe jeudi 10 février , les enseignants ont manifesté un peu partout en France contre les suppressions de postes :822 postes seront supprimés à l’Education Nationale en Lorraine .En Meurthe et Moselle , ce sont 90 postes qui seront supprimés dans les écoles , 53 dans les collèges.
Au niveau national , 16000 suppressions de postes à la rentrée 2011. Ce sont 65.400 postes supprimés dans l'Éducation nationale en cinq ans. Et Luc Chatel vient d’annoncer que le gouvernement prévoit que les suppressions continueront, au même rythme, en 2012 et 2013. Sans doute Sophie Coignard n’a t-elle pas tort de dénoncer dans son livre « Le pacte immoral » , ceux qui massacrent l’école .
Dans une interview sur RTL la journaliste dénonce
- la lâcheté et le renoncement des politiques de droite comme de gauche
- l'impuissance du ministre de l'éducation : les profs ont plus d'autorité dans leur classe que le ministre dans son ministère.
- l'aveu de démission et d'hypocrisie
- le mensonge et le maquillage pour faire admettre les suppressions de postes
- l'égoïsme des castes : les élites sont d'autant plus indifférents au naufrage de l'école que leurs enfants en sont exemptés puisqu'ils fréquentent des établissements de centre ville "où on enseigne comme avant".

Lire la suite...

Samedi 29 janvier 2011

Bling ....bling ...Qui croire ?


bling.jpgLa pratique du double langage est de plus en plus fréquente dans les hautes sphères de nos dirigeants. Ainsi , par exemple , notre ministre de l’Education Nationale , Luc Chatel, présente dans le Monde du 29 janvier son « plan sciences ». Si je comprends bien le ministre , l’enseignement actuel donne aux élèves une vision erronée de ce que sont les sciences .

Notre ministre semble oublier que la réforme des lycées est entrée en vigueur en septembre 2010 . Quel est la place de l’enseignement scientifique dans cette réforme ? Réduction des horaires scientifiques en seconde à la rentrée 2010 , réduction encore plus importante en première à la rentrée 2011 (plus de première scientifique mais on regroupera dans un tronc commun littéraires , scientifiques….). Et il y a fort à parier qu’avec les nombreuses suppressions de postes prévues à la rentrée 2011, les horaires d’enseignement scientifique seront encore amputées à cette rentrée. Le ministre veut-il répondre à l’inquiétude manifestée par les hautes éminences scientifiques de notre pays et des associations scientifiques (Conférence des Grandes Ecoles, la Société Française de Physique, l'Union des Professeurs de Physique et de Chimie, l'Union des Professeurs Agnomonistes et l'Union des Professeurs de Spéciale )ces dernières appelant à signer une pétition en novembre 2010 ? ou s’agirait-il encore d’un effet d’annonce ? Double langage ?

Abordons la question du redoublement des élèves .Je précise qu’il n’est pas dans mon intention de m’étendre ici sur le bien fondé ou pas du redoublement. Nous savons qu’un redoublement de collégien ou de lycéen coûte de 8000 à 10000 euros à l’Etat. Ce n’est pas rien . Et alors que Xavier Darcos , un fidèle du Président de la République ,était encore ministre de l’Education Nationale , des pressions avaient été faites sur les chefs d’établissements pour qu’ils limitent le nombre de redoublements . Cette consigne a alors été démentie par le ministre , alors que dans les faits elle a bien été donnée . Mais qu’a dit Nicolas Sarkozy lors de ses vœux au monde de l’éducation : il faut réhabiliter le redoublement « S’il faut que tel ou tel enfant mette plus de temps pour arriver à un bon niveau, je préfère qu’il mette plus de temps »!

La formation des enseignants : quel massacre à cette rentrée 2010! Ces nouveaux enseignants sont jetés dans la cage aux lions sans formation (un DVD leur a quand même été offert !).Avec 18 h de cours (un cours, ça se prépare) pour la première année d’enseignement , c’est un rythme d’enfer qui leur est imposé . Toujours dans le cadre des vœux au monde de l’éducation , que dit le chef de l’état ? « Je pense qu’il faut que nous remettions sur le chantier des éléments de formation ».

Alors que croire et qui croire ?

Samedi 22 janvier 2011

Braderie à l’Education Nationale


braderie.jpg822 postes seront supprimés à l’Education Nationale en Lorraine .En Meurthe et Moselle , ce sont 90 postes qui seront supprimés dans les écoles , 53 dans les collèges. Au niveau national , 16000 suppressions de postes à la rentrée 2011 . Ces suppressions viennent s’ajouter à celles des années précédentes : 8.700 suppressions de postes en 2007, 11.200 en 2008, 13.500 en 2009, 16.000 en 2010 soit 65.400 postes supprimés dans l'Éducation nationale en cinq ans !
Il s’agit bien d’une réduction de postes sans précédent .L’école publique n’est-elle pas sacrifiée ?

J’annonçais dans un article de juin 2010 une rentrée 2010 difficile . Pour faire « passer la pillule » nos dirigeants ont alors mis en place la réforme des lycées , avec des dispositifs de soutien ,d’aide aux élèves en difficulté , avec un accompagnement individualisé , du tutorat . L’opinion , les parents d’élèves sont sensibles à ce genre de mesures et c’est tout à fait normal . Les Fédérations de parents d’élèves ont voté la réforme au CSE (Conseil Supérieur de l’Education) . Ne s’en mordent -ils pas les doigts aujourd’hui ! Après quelques mois de mise en place de ces dispositifs de soutien , combien d’élèves en sont-ils satisfaits ? D’un coté on fait donc semblant de s’occuper des élèves en difficulté , mais par ailleurs ont réduit de façon drastique les personnels de l’Education Nationale. Ne s’agit-il pas d’une politique en trompe-l’œil ? L’aspect humain passe au second plan, seules les économies financières importent ! Souvenons nous de ce document (qui aurait du rester confidentiel) de mai 2010, qui a été adressé aux Recteurs pour les inciter à mettre en place des mesures de façon à faire des économies dans les 3 années à venir (2010-2013). Citons quelques-unes de ces mesures :

Lire la suite...

Dimanche 26 décembre 2010

Noël - Bonne année 2011


creation.jpgNoël , Père Noël , cadeaux , festivités , joie de se retrouver en famille ,mais aussi tristesse de celles ou ceux qui sont seuls ! Noël , un jour comme un autre penseront ou diront mêmes certains.
Qu’en est-il pour un chrétien ? Noël ,c’est Dieu qui se fait homme ! Ne nous chipotons pas sur la date du 25 décembre , dont nous savons aujourd’hui qu’elle ne correspond pas exactement à la date de naissance de cet enfant nommé Jésus , né à Bethlehem dans une étable .L’évangéliste Saint Jean écrit : « Et la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point comprise »(1-5). Cet Enfant ne peut laisser indifférent : c’est lui qui me dit, à moi qui suis chrétien , baptisé ,d’où je viens . Il m’appelle à l’humilité , à la vérité , il me dit que je ne serai jamais seul . C’est un message d’espérance . L’Homme est certes petit dans cet univers qui nous dépasse , mais par cet enfant né à Noël , c’est le Créateur qui vient me dire , nous dire combien nous comptons ! C’est Lui qui veut nous aider à dissiper ces ténèbres qui nous entourent afin que nous voyions la Lumière qu’il nous propose.
De l’infiniment petit à l’infiniment grand , n’y a t-il pas de quoi s’émerveiller ? Le physicien ,le chercheur fouillent l’infiniment petit pour expliquer l’infiniment grand. Quelle magie n’exerce pas sur nous la découverte de certains paysages , de montagnes , de vallées , même (ou à plus forte raison) sous la neige , quelle magie n’opère pas au cœur de l’astronome le spectacle que ses yeux découvrent à travers le télescope ? D’où vient-elle donc cette création ? Cet enfant ne nous apporte t-il pas la réponse ? Pour ce qui me concerne , il m’appelle à l’humilité !
Je soumets à celles ou ceux qui me lisent ce psaume de la création . Puisse t-il être , pour l’année qui vient un message d’espérance . Bonne année 2011 à toutes et à tous.



Samedi 2 octobre 2010

Le HCE et le collège unique


Collège uniqueLe Haut Conseil de l’Education (HCE), organisme consultatif, vient de remettre au Président de la République , à la demande du ministre de l’Education Nationale , un rapport sur la situation du collège , notre « collège unique ».

Le rapport est alarmant : « Notre collège se trouve aujourd’hui dans une situation préoccupante : performances des élèves médiocres et en baisse, inégalités de réussite d’origine sociale accrues, malaise enseignant, problèmes de vie scolaire qui se multiplient. »

Le constat est réaliste .Alors que nos ministres successifs n’hésitent pas à mettre en avant le rôle d’ascenseur social de notre système éducatif , nous savons bien que depuis des années , c’est l’effet inverse qui se produit : les inégalités sociales se creusent , autrement dit , notre système éducatif manque à sa mission !! Bien , le HCE le reconnaît.
Le malaise enseignant est reconnu . Les conditions d’enseignement n’y contribuent-elles pas largement ?

A vrai dire , je m’interroge sur les intentions de nos gouvernants , de notre ministre de l’Education Nationale Luc Chatel lorsqu’il a demandé ce rapport au HCE . Un mois après la mise en place de la réforme des lycées qui vient d’accoucher d’effets de communication hors du commun (tutorats , aide individualisée , réduction des redoublements ….) commencent à apparaître les failles de la réforme .A l’échelon local , les fédérations de parents d’élèvent commencent à se rendre compte que sur le terrain la situation est difficile…et pourtant , les instances nationales de ces fédérations n’ont pas manqué de voter cette réforme au CSE (Conseil Supérieur de l’Education). Cela a été dit et redit par les syndicats enseignants, l’objectif de la réforme était avant tout de réaliser des économies financières !

Quel est l’objectif recherché de ceux qui nous dirigent ? Y aurait-il encore une « entourloupe » pour préparer l’opinion à une réforme qui comme la réforme du lycée ne ferait qu’aggraver la situation ?Qu’il faille en finir avec le « collège unique » me semble être une évidence . Combien d’élèves arrivent au lycée en classe de seconde sans en avoir les bases , ont donc du mal à suivre et finissent par s’ennuyer…..perturbent le déroulement des cours et finalement , c’est vrai , y perdent leur temps ? La même chose pour tout le monde (collège unique) , voilà bien une illusion dans laquelle on nous entretient depuis des décennies au nom de l’égalité des chances !

La réussite de nos élèves , nos enfants , c’est diversifier les parcours , clarifier les exigences (évaluer les élèves en termes de contenus et non de vagues compétences , un enseignement avant tout disciplinaire) , un enseignement de qualité pour tous (accompagnement scolaire par des personnes qualifiées pour les élèves en difficulté , classes allégées….). Ce n’est pas à priori ce que suggère le HCE qui préconise la primarisation du collège. Ecoutons Bernard KUNTZ , président du SNALC questionné sur Europe 1 :


Mercredi 23 juin 2010

Fiasco .....l'argent roi

monnaie.jpgFiasco ! C'est ce que nous retiendrons de l'aventure de l'équipe de France dans ce Mondial 2010 . Au risque de paraître simpliste , j'ai tendance à penser que nous avons là un bel exemple de ce que peuvent donner des semailles dans une terre aride . Le terreau a été remplacé par un tapis de billets de banque . Il faut certes de l'argent pour vivre , mais trop c'est trop , c'est trop !! Quelle peut encore être la part du sport quand vous avez des joueurs dont le salaire ( Thierry Henry : 666.000 €/mois - Franck Ribéry : 416 000 €/mois - Nicolas Anelka : 400 000€/mois - Raymond Domenech : 46 000 €/mois ) n'a rien de comparable avec celui du Français lambda . Nicolas Anelka gagne plus de 300 fois le s.m.i.c , il faut 300 mois c'est à dire pratiquement 2 ans à un smicard pour gagner ce que gagne Nicolas Anelka en un mois......Que penser alors du chômeur ? Comment ne pas être écoeuré de cette confusion entre le sport et l'argent ? Notre société est malade , le capitalisme est malade ....notre équipe de football n'est-elle pas le reflet de cette société ? C'est ce que pense François Bayrou : "Ce match est à l'image de la France d'aujourd'hui. Trop de communication, trop d'argent et, sur le terrain, comme une résignation...."

Nicolas Sarkozy nous promet un capitalisme à visage humain . Peut-on le croire , est-ce possible ? Que fait-il pour que notre société soit plus juste , à visage plus humain ? Nous connaissons la chanson : Paroles , paroles.... ! On démolit l'école , le service public , l'hôpital ...... L'argent est roi .C'est cette idéologie de l'argent que dénonce François Bayrou dans son livre "Abus de pouvoir" .
Bientôt 2012 : à bon entendeur salut !

Samedi 19 juin 2010

Une rentrée scolaire 2010 qui sera certainement difficile !

ecoledanger.jpgL'année scolaire 2010-2011 verra la mise en place de la réforme des lycées en classe de seconde . Nos autorités , à coup de médias interposés, ont laissé croire à une amélioration du système, notamment dans le domaine du soutien scolaire : tuteurs , un meilleur suivi des élèves , stages de remise à niveau pour les élèves en difficulté pendant les vacances scolaires sans pour autant évaluer les élèves après ces stages .Voilà de quoi séduire les associations de parents d'élèves qui d'ailleurs n'ont pas manqué de tomber dans le piège en votant la réforme au conseil supérieur de l'éducation . Reconnaissons qu'un syndicat enseignant s'est associé à eux : le SGEN-CFDT (vote semble t-il non partagé par la base !). Le pavé est tombé depuis peu dans la mare avec la publication d'un document qui devait rester confidentiel , adressé aux recteurs pour la préparation de la rentrée 2010.

Ce document confirme bien ce que les personnels enseignants avaient pressenti de longue date : la réforme n'est qu'un prétexte pour faire des économies (plusieurs milliers de postes d'enseignants supprimés en quelques années) mais au ministère , on a enrobé tout ça à la sauce "assistance aux élèves en difficulté" de quoi séduire l'opinion. Un "petit" sondage par-dessus et du coup on fait croire à l'opinion qu'une majorité de Français est favorable à la réforme des lycées (notons que parmi les sondés , beaucoup ne savent pas de quoi il s'agit !).

Enfin voilà , il est question d'augmenter les effectifs des classes , de supprimer encore des postes d'enseignants. Quelques mots sur cette réforme avec laquelle l'enseignement scientifique est massacré (réduction importante des horaires) , on saupoudre avec un enseignement MPS , vous savez , ce genre d'enseignement qui ressemble à des TPE (travaux personnels encadrés) au cours duquel nos élèves vont "faire" de l'interdisciplinarité (Maths-physique-svt) . Peut-être, cher lecteur, avez-vous entendu parler de ces TPE que certains élèves achètent sur Internet à d'autres élèves qui ont déjà fait tel ou tel TPE l'année précédente ou avant . Ce genre de document a même un prix qui peut être fonction de la note qui a été attribuée....Le procédé est encore plus rapide que le copier-coller ! Alors à quoi s'attendre avec cette nouveauté baptisée MPS ?

Des économies, disais-je : voilà la cerise sur le gâteau ! la mastérisation ! Pour enseigner , il faudra dorénavant étudier pendant une année supplémentaire, ce qui n'est pas forcément négatif ....mais attention: les nouveaux enseignants vont être jetés dans l'arène avec un horaire de 18 heures hebdomadaires sans formation pratique préalable. Ils auront un tuteur (pas très bien payé) pour les guider avec un détail...y aura t-il suffisamment d'enseignants expérimentés qui accepteront pour une bouchée de pain de voler au secours de ces nouveaux enseignants? Je n'insiste pas trop sur les zones difficiles (il y en a !) : comment faire pour gérer une classe difficile sans avoir été formé aux réalités du terrain ?
Un peu de bon sens permet de facilement comprendre qu'un cours , ça se prépare avant de l'enseigner .Les néo-enseignants devront-ils réduire leurs heures de sommeil pour pallier cette lourde charge pour un néophyte de devoir enseigner pendant 18 heures hebdomadaires?

Enfin, qu'en est-il de la prétendue égalité des chances que les différents gouvernements qui se sont succédés ont toujours affirmé vouloir défendre ?C'est l'effet inverse qui se produit depuis des années ! Comment se fait-il que les cours privés fleurissent depuis quelques années ? Certains penseront que l'école publique est à réformer de fond en comble. Réforme , réforme ....chaque ministre veut faire sa réforme : Claude Allègre , Gilles de Robien, Xavier Darcos (tiens, qu'est devenu ce fidèle poulain de Nicolas Sarkozy ?) , Luc Chatel ! Mais quelle réforme ? c'est trop souvent "n'importe quoi". La situation est grave , car à présent, cette école , qui a fait l'honneur de notre pays , est massacrée ! J'attends avec impatience que les partis politiques , Mouvement Démocrate , Parti socialiste.......s'associent à ce cri d'alarme.

On pourra lire l'article du journal "La Croix" sur la "future" formation des enseignants !

Dimanche 11 avril 2010

Les Etats généraux de la sécurité à l'école

Les mercredi 7 et jeudi 8 avril se sont déroulés à la Sorbonne à Paris, à l'initiative du ministre de l'Education Nationale , Luc Chatel , les Etats généraux de la sécurité à l'école .
etatsgeneraux.pngAu cours de ces états généraux se sont succédés des séances plénières, des tables rondes et des ateliers thématiques . Luc Chatel a clôturé ces Etats généraux en présentant les cinq mesures qui vont être mises en place:
1-Des instruments pour mesurer efficacement la violence mais aussi le climat dans les établissements scolaires . Il s'agit notamment d'améliorer le système utilisé actuellement (Sivis)
2-La deuxième orientation, c'est de renforcer la formation des professeurs car ils sont trop souvent démunis face aux violences et aux conflits qu'ils ont à gérer. Il faut former les professeurs à la gestion du stress et à la gestion de situations de crise.
3-La troisième orientation consiste à renforcer le plan de sécurisation des établissements scolaires engagé à la rentrée 2009 . Cela devrait notamment se traduire par :
-un équipement des établissements scolaires de caméras de vidéosurveillance,
-l'installation de clôtures autour des collèges et lycées,
-intervention d'équipes mobiles de sécurité :Ces équipes mobiles seraient pluridisciplinaires (20 à 50 personnes par académie ) dirigées par un « conseiller sécurité » placé auprès du recteur. Les équipes de sécurité se verraient confier trois types de missions : informer et prévenir en amont pour réduire les tensions, intervenir immédiatement en cas d'incident grave, protéger les personnes et les biens par une présence continue. Un nouveau dispositif ( qui pourrait s'appeler "Collèges et lycées pour l'ambition l'innovation et la réussite" ou CLAIR) pourra être expérimenté à la rentrée 2010 dans une centaine d'établissements situés dans les académies les plus exposées à la violence, avant d'être généralisé en 2011.

Lire la suite...

Mardi 6 avril 2010

Et maintenant quel avenir pour le Mouvement Démocrate et François Bayrou ?


2012.jpgLe MoDem est-il mort ? Survivra t-il aux échecs aux élections européennes et aux élections régionales ? Après avoir approché les 100000 adhérents , aujourd'hui leur nombre se serait réduit comme une peau de chagrin à 4000 , un chiffre qu'il m'est impossible de vérifier , mais avancé par certains bloggers .
Si tel est le cas , n'y a t-il pas lieu d'être inquiet pour l'avenir du Mouvement Démocrate?

Les mangeurs de soupe , Hervé Morin , Jean Arthuis, François Sauvadet , Nicolas About , veulent reconstituer "le Centre" (les nostalgiques de l'UDF) et voudraient bien attirer à eux les électeurs de François Bayrou . Nul n'est dupe : on se met en piste pour les présidentielles de 2012 ! Quel avenir pour le MoDem ? la question adjacente est bien " François Bayrou a t-il encore une chance de devenir président de la République en 2012 ? "

Les analyses et les explications ne manquent pas après les élections régionales .

Certains crient haro sur François Bayrou (Christophe Ginisty , Chevalier Orange ), un François Bayrou trop obsédé par les élections présidentielles . Le dernier Conseil National du Mouvement Démocrate, un Conseil National en comité restreint si on peut dire puisque sur les 346 conseillers nationaux seulement 143 étaient présents n'a fait que renforcer leur ardeur dans leur entreprise de démolition . D'après François Bayrou ces éléments porteraient une lourde responsabilité dans l'échec du MoDem aux élections régionales. L'indépendance du Mouvement Démocrate a été réaffirmée à l'issue de ce conseil.

Le manque de démocratie au sein du Mouvement Démocrate est souvent évoqué , certains allant jusqu'à dire que le Mouvement Démocrate n'a de démocrate que le nom . Je m'étais moi-même inquiété, au moment de la désignation des têtes de liste des élections régionales, du caractère peu démocratique du processus . C'est un fait qu'il est écrit dans les statuts du Mouvement Démocrate que les têtes de listes doivent être désignées par le Conseil National. Que l'on demande ensuite aux adhérents de se prononcer pour ou contre le choix du National , le procédé frise le ridicule et j'irai jusqu'à dire que c'est avoir peu de considération pour les adhérents que de les convier à ce genre de cinéma , cela d'autant plus qu'après les votes on n'a jamais su combien d'adhérents ont pris part au vote !
Marie Anne Kraft estime quant à elle que le Mouvement Démocrate est très démocratique et que cet "excès" de démocratie l'aurait notamment conduit à sa perte .Avait-elle mis des lunettes noires lorsqu'elle a écrit son article ?

Lire la suite...

Lundi 15 mars 2010

Une drôle de victoire : l'abstention !


urne.jpgAprès les résultats du premier tour des élections régionales du dimanche 12 mars , il y a sans doute lieu de s'interroger sur la perception que beaucoup de Français ont de la politique ! Les débats télévisés au soir de l'élection n'inciteront certainement pas les électeurs à aller plus nombreux aux urnes dimanche prochain .
L'UMP qui a fait le plein de ses voix au premier tour peut s'attendre à la Bérézina .Bien sûr , les ténors brandiront le spectre d'une augmentation des impôts si la Gauche est victorieuse : c'est certainement oublier que l'Etat ne s'est pas privé de se décharger sur les Régions sans que la manne financière suive .Quant à la remontée du Front National , que faut-il en penser ?

Un récent sondage ne nous apprenait-il pas que 67% des Français n'ont plus confiance dans la politique .Nous en avons la confirmation au soir de ce premier tour . Je ne peux pas quant à moi me résoudre à considérer que la politique est "pourrie" . N'est-elle pas dans son sens premier l'organisation de la société , cette tâche noble qui doit contribuer au bonheur de tous ? Aussi, sans doute faisons nous par trop souvent l'amalgame entre politique et politiciens .La vraie question à poser aux Français n'est-elle pas plutôt :"Faites vous confiance aux politiciens de notre pays ?"

Le premier politicien parmi les Français n'est-il pas notre Président de la République ? Montre t-il l'exemple ? Ne soyons pas trop idéalistes ! Force est de constater qu'il n'est pas à un mensonge près ! Ou peut-être ses paroles dépassent-elles sa pensée ? Quelques exemples :

Lire la suite...

Samedi 13 mars 2010

Education Nationale : une gestion uniquement comptable !


ecole2.jpgLes enseignants des collèges et lycées étaient en grève vendredi 12 mars. Certains penseront certainement que le corps enseignant est allergique à toute réforme dans l'Education Nationale. Notre école n'est-elle pas malade , ne faut-il pas la soigner ?

Un plâtre sur une jambe de bois comme cela a souvent été le cas par le passé : il est évident que cela ne peut convenir à personne , ni aux élèves , ni aux parents ,ni aux enseignants . Mais cette fois ,avec la réforme Chatel il ne s'agit pas de remède , mais d'un sabordage de l'Education Nationale . A coups de mensonges , de matraquage médiatique les instances du ministère de l'Education Nationale veulent faire croire à l'opinion qu'il s'agit de la réforme dont nous avons besoin . L'astuce : une meilleure orientation des élèves , davantage de prise en compte des difficultés des élèves........des mots , toujours des mots !

Dans les faits , des suppressions de postes (16000 postes à l'éducation nationale encore pour la rentrée 2010), une réduction drastique des personnels d'encadrement . Va t-on ainsi parvenir à réduire l'insécurité dans les établissements secondaires ? Le ministre propose de réunir des états généraux pour faire face à l'insécurité......des mots , toujours des mots !

Lire la suite...

Samedi 20 février 2010

La violence à l'école et le manque de moyens humains


Deux agressions ces dernières semaines qui témoignent des difficultés rencontrées en milieu scolaire . Un premier incident à proximité de Vitry-sur-Seine (Val de Marne) : agression au couteau d'un élève de 14 ans dans le lycée Adolphe-Chérioux . Lundi dernier , un autre incident au lycée Guillaume-Apollinaire de Thiais : un élève est blessé à coups de cutter .
Le ministre de l'Education Nationale , sans doute désemparé , annonce la tenue d' Etats généraux (c'est ce que font généralement nos responsables politiques lorsqu'ils ne savent plus à quel saint se vouer) , courant avril : Je réunirai, au début du mois d'avril rue de Grenelle au ministère, des Etats généraux de la sécurité à l'école parce qu'il faut qu'à un moment les représentants des collectivités locales, les sociologues, l'Observatoire de la délinquance, l'Observatoire de la violence à l'école, puissent plancher avec un peu de recul sur la question de la violence à l'école.
Que va t-on y décider ? Installer des portiques à l'entrée des établissements scolaires , autoriser la police à intervenir au sein de l'école ?
Cette question de la sécurité ne date pas d'aujourd'hui . Belles et vagues promesses se sont maintes fois succédées sans vraiment aboutir (article du journal Le Monde ou de Patrick Fauconnier "je me souviens ....")
On pourrait avoir tendance à penser que cela n'est pas surprenant dans une société dans laquelle on dénombre des actes de violence tous les jours . Certains , comme je l'ai vu écrit en commentaire sur certains blogs , lorsque ces actes se produisent en milieu scolaire, iront jusqu'à dire que ce sont les enseignants qui ne savent pas faire preuve d'autorité...!
Cette "belle " réforme qui va commencer à se mettre en place à la rentrée scolaire 2010 , les Etats généraux annoncés par le ministre vont-ils permettrent de mieux maîtriser cette violence à l'école ? Ou au contraire va t-on voir s'amplifier le phénomène, les évènements du type de ceux cités ci-dessous vont-ils avoir tendance à se généraliser , à être de plus en plus fréquents ?
La réponse n'est pas évidente , mais une chose est certaine : à force de réduire le personnel d'encadrement on peut difficilement s'attendre à une amélioration de la situation.
Voyons d'un peu plus près les chiffres :
-2004 : 50000 personnes pour assurer la <<surveillance>> dans les lycées et collèges
-2009 : 28000 personnes (à effectifs élèves pratiquement constants)
Cela représente une économie de 0,015% du PIB . A cette économie , pour l'Education Nationale , il faut ajouter 16000 suppressions de postes d'enseignants (30000 suppressions d'emplois publics). Au Mouvement Démocrate de François Bayrou , il semblerait qu'on a bien pris la mesure de la situation : le Mouvement Démocrate propose pour les élections régionales un «contrat lycées plus sûrs» pour financer 5 à 10 postes surveillants par lycée (selon la taille).
Notre ministre Luc Chatel n'hésite pas à lancer une campagne publicitaire dans laquelle il est question d'investissement pour l'Education . C'est certainement une façon de camoufler toutes les restrictions budgétaires dont est victime l'Education Nationale . Ne nous laissons pas duper , pour le gouvernement Sarkozy , l'Education n'est pas une priorité !

- page 1 de 3